Coefficient de performance d’une pompe à chaleur

Par Rori | 19 août 2014

Lorsque l’on parle d’une pompe à chaleur, on entend forcement parler de coefficient de performance, ou COP. Pour rappel, le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur est de produire de l’énergie ou chaleur. Ceci à partir des calories disponibles gratuitement dans la nature. Ces calories peuvent provenir soit du sous-sol d’un jardin, d’une nappe phréatique, voire d’un puits, ou encore tout simplement de l’air.

Cependant, pour pouvoir fonctionner, la pompe à chaleur a elle aussi besoin d’énergie électrique (pompe à chaleur air eau fonctionnement). Le coefficient de performance correspond donc au rapport qui existe entre la quantité d’énergie qui va être consommée pour faire fonctionner les différents éléments de la pompe à chaleur, par rapport à celle que celle-ci sera capable de vous fournir en sortie pour vous chauffer.

Par exemple, une bonne pompe à chaleur qui a un coefficient de performance égale à cinq pourra produire cinq fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Si celle-ci consomme 10 watt, vous obtiendrez alors 50 watt en sortie pour chauffer votre maison. Le coefficient de performance correspond donc au rendement de votre pompe à chaleur. Mais on oublie souvent une chose !

Le COP est défini en fonction de la température. C’est à dire que lorsque la température extérieure est de 0°C, le coefficient de performance de votre pompe à chaleur air eau sera beaucoup moins important qu’à 20°C. Généralement lorsque l’on consulte la fiche technique d’une pompe à chaleur, le COP mis en avant correspond à une température qui avoisine les 10°C.

Coefficient de performance saisonnier ou annuel

Si vous souhaitez choisir la meilleure pompe à chaleur air eau  il faut prendre soin de regarder ce que l’on appelle le coefficient de performance saisonnier ou SCOP. Plutôt que de vous donner le coefficient pour une température donnée, il vous donne un coefficient moyen pour une saison complète. Celui-ci inclut en plus les variations de température sur l’année.

Il est d’autant plus important de bien vérifier cette donnée lorsque vous choisissez une pompe à chaleur aérothermique. Principalement car les variations de température sur l’année sont importantes. C’est moins vrai pour de la géothermie puisque à grande profondeur, les températures sont toujours constantes. En géothermie verticale, aucune variation de température à prévoir.

Avez un système de chauffage basse température par le sol ou des radiateurs basse température, vous pourrez profiter pleinement des performances de votre COP. Attention, les diffuseurs de chaleur ont aussi un COP. Il faut pensez à regarder leurs performances. Privilégiez les classes A+ ou A++ pour optimiser vos économies. En 2020 les classes B sont à proscrire. En effet, il s’agit de vielle génération qui ne devraient plus être vendu. Demandez conseil à votre revendeur pour plus d’informations.

Pour de l’aérothermie privilégiez un coefficient de performance minimum de 4. Pour de la géothermie visez 5 voir 6. Le prix à l’achat sera un peu plus important mais la rentabilité sera plus rapide. Enfin, privilégiez la marque plutôt que le low-cost.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *